Paul Wamo et les Transes Cévenoles au Prieuré

Samedi 22 juillet à 15 h  

L’EPK de SOL : https://vimeo.com/190688986

Le clip Aemoon : https://www.youtube.com/watch?v=BgDtEy4VfI8

Les titres de l’EP : https://soundcloud.com/paul-wamo/sets/sol   

SOL

PAUL WAMO

CONCERT DE SLAM MIS EN MUSIQUE

AVEC ULRICH WOLTERS (machines, clavier, flûte, saxo, choeurs)

WIM WELKER (GUITARE, CHOEURS)

TEXTES DE PAUL WAMO

MUSIQUE DE DAVID LEROY, PAUL WAMO ET WIM WELKER

Public : à partir de 13 ans

BIOGRAPHIE / texte de présentation

Paul WAMO Taneisi, poète kanak de Nouvelle-Calédonie, situe son art entre l’écriture, l’oralité et la musique. Accompagné de deux musiciens, l’artiste venu de l’Océan le plus grand et le plus oublié du Monde tient une parole engagée. Ses textes nous parlent de Mémoire, d’Identité, de là d’où il vient et des bruits du Monde qu’il traverse. Rythme kanak et sonorités actuelles habitent son style, ancré dans ses origines et tendu vers l’Ailleurs.

Auteur d’un recueil de poèmes « Le pleurnicheur » (2005), d’un livre/cd « J’aime les mots » (2008), créateur /interprète de deux spectacles « Shok ?! » (2011) et « …EkoooO…» (2013) présenté au Musée du Quai Branly lors de l’exposition « Kanak, l’Art est une parole », le poète a sorti en 2016 « Trois saisons » un recueil de poésie édité à Rochefort (Edition Les Petites Allées) et un mini album de 6 titres intitulé « SOL » (autoproduction – Shok ?!).

PAUL WAMO, UN HOMME DEBOUT !

Il arrive sur scène, le geste posé, le regard calme… et soudain, au premier mot, il happe le spectateur.

Paul Wamo est un poète, un voyageur, un homme qui prend le train du monde en marche et nous fait courir avec lui.

Au centre, les paroles et la voix, le rythme et le regard, les gestes : le corps entier est habité par les mots. Le jeu scénique de l’artiste, entièrement axé sur sa présence physique, est l’expression d’un homme qui s’interroge sans relâche, avec virulence, parfois avec frénésie, quand autour tout va trop vite.

Témoin effaré d’un monde contemporain en perpétuel mouvement, le poète-slameur tente de rester debout en se délestant de mots :

« On dirait que le jour va finir par mourir et que la nuit va prendre sa revanche.»

“Le Kaillou”

UNE PERCUTANTE SINCÉRITÉ

Kanak, originaire de l’île de Lifou, en Nouvelle-Calédonie, Paul Wamo a grandi à Nouméa. À partir de cette racine double, la terre et la ville, l’oralité et l’écrit, il a créé un monde-carrefour où les images s’entrechoquent. Engagé politique au sens citoyen du terme, il parle de la terre entaillée par les mines, de la montée des océans, de la couleur de peau, des préjugés qui nient l’universalité.

Paul Wamo s’attache à comprendre son propre parcours en puisant dans ses origines, en explorant le monde actuel en homme courageux parce qu’il se sait vulnérable.

Cette mise à nu atteint le spectateur au fond de lui-même… La sincérité du propos rallume nos propres interrogations.

Il est bien là, le sens de la quête poétique de Paul Wamo : rester en éveil et donner à croire que tout est possible.

SOL, LE CONCERT

Paul Wamo slame ses textes accompagnés de deux musiciens, Wim Welker (guitare, choeurs) et Ulrich Wolters (machines, clavier, saxophone et flûte). Une musique teintée de rock, de folk, de sons électroniques mais également de rythmes kaneka, caribéens, trances. Un mélange inclassable à l’image du poète slameur. Durée : 60 minutes.

TROIS TEMPS, PLUSIEURS RYTHMES

Le concert se compose de trois parties au fil desquelles le poète parle origine, engagement, altérité, espoir et identité.

Le chemin : “je viens de là”

Dans “Je viens de là”, Paul Wamo s’inspire du discours généalogique dit “sur le bois” du nord de la Nouvelle-Calédonie pour interpréter son texte sur un seul et même souffle. Le titre “Kri Kaneka” fait référence au sens et à l’histoire du “kanéka”, musique contemporaine kanak.

“Aemoon” est un parcours à travers Nouméa, la ville où il a grandi, et qu’il a vue se transformer au fil des ans. Écrit en drehu (langue de son île d’origine, Lifou) et en français, “Je reviens” aborde la thématique du retour aux sources, sur la terre maternelle.

L’engagement : “sol”

Dans la deuxième partie, le poète engage sa parole. Il aborde des thèmes écologiques, comme la montée des eaux et l’exploitation intensive des sols, dans “Nous nous souviendrons”, “Sol” et “Petit Pays, Krois”.

“Le Kaillou” (le Caillou : nom familier

de la Nouvelle-Calédonie) est un appel à ne jamais baisser les bras.

Poème en langue drehu, “Ekölö ini nënë” évoque l’abus d’alcool.

L’identité / l’autre :

Le fleuve rhizomes

Paul Wamo propose aux spectateurs, dans la dernière partie du concert, de le suivre sur le fleuve qu’il appelle Rhizomes, un mot qui se définit par “racines horizontales”. Avec “Noir, Noir” il dénonce les préjugés :

“Je suis noir et même plus que noir, pas juste noir ni seulement noir”.

“Désaliénation” est un réquisitoire contre les étiquettes qui cherchent à définir l’Autre.

À travers la lecture d’un extrait du livre “Peau noire, masques blancs” de Frantz Fanon, Paul Wamo pose la question de l’altérité.

Enfin, l’artiste résume sa pensée “rhizome” en slamant sur un rock entraînant : « Je rhizome, racine à l’horizontale, à l’envers des étiquettes, déchireur de cartes postales ».

Plus dinformations :

www.paul-wamo.com

L’EPK de SOL : https://vimeo.com/190688986

Le clip Aemoon : https://www.youtube.com/watch?v=BgDtEy4VfI8

Le clip Noir Noir tourné à Marseille :  https://www.youtube.com/watch?v=lMvB0_TwYp0

Les titres de l’EP : https://soundcloud.com/paul-wamo/sets/sol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *