L’hiver au Prieuré, quelques nouvelles

Travail obscur mais travail de fond

Après l’animation culturelle de la saison estivale, le Prieuré retrouve une animation plus « manuelle ». Une équipe de bénévoles, président en tête, investit les lieux tous les mardis, casse croute de midi compris.
Un gros travail de débroussaillage fut d’abord entrepris sur les abords de la montée au prieuré puis sur les traversiers alentours. L’équipe s’est ensuite attelée au projet d’assainissement: les toilettes sèches ayant fait leur usage, des toilettes avec fosse septique vont être installées. Remercions au passage l’entreprise PALLIER qui a contribué pratiquement et financièrement à ce projet. A l’intérieur, des fouilles ont mis à jour ce que l’on pourrait peut-être nommer une glacière, bacs en pierre enfichés dans le sol.

Les aléas

Le vent violent au début du mois de mars a eu raison d’un chêne blanc probablement centenaire, celui-ci déraciné est venu s’appuyer sur deux cèdres, qui ont servi d’amortisseur , l’ensemble venant se coucher sur l’angle nord ouest du toit de la salle presbytérale, fort heureusement sans force. L’opération de dégagement de ces arbres s’avère très délicate. L’ardeur et le dévouement de nos bénévoles s’avère insufisant et il fallut faire appel à l’entreprise PALLIER, merci pour sa disponibilité et rapidité, pour, à l’aide d’un engin avec bras téléscopique, dégager les « intrus » de cette position délicate. Opération réalisée avec succès.

Les visiteurs

Nombre de marcheurs, randonneurs, promeneurs font une excursion au Prieuré. Le sentier dit des Cagnasses passe à proximité, sur le parking en bas, un panneau indicateur dirige vers le Prieuré. Evidemment, comme dit plus haut, tous les mardis le Prieuré est ouvert et le Président se fait un plaisir de faire visiter les locaux. D’autres prennent contact avec le Président ou autre membre de l’association lesquels se font toujours un plaisir de se déplacer pour rendre ce service.
Une autre attraction fait se déplacer un nombre important de personnes: les jonquilles, en février et mars, qui parsèment les terrasses alentours. Nous en soupçonnerions quelques uns d’en faire commerce, à voir les brassées de jonquilles emportées. Et il est utile de préciser que le cimetière du Prieuré est toujours un lieu de mémoire et qu’il convient de le respecter, les jonquilles ne manquant pas par ailleurs.

La saison estivale s’approche. Nous devrions pouvoir d’ici quelques semaines prendre connaissance du programme culturel de la saison 2017 avec une animation dès le mois d’avril. Ce qui ne tempèrera pas l’ardeur de nos bénévoles.

Une réflexion au sujet de « L’hiver au Prieuré, quelques nouvelles »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *